Vendredi 10 mai – Transatlantique retour, jour 7

Position : 34°58N 56°44.7W

Nombre de milles parcourus depuis le départ : 1093

7h00 – Nous avons reçu de nombreux sms ce matin, certains pour nous aider à comprendre l’origine du problème que nous rencontrons avec notre téléphone satellitaire, d’autres pour nous donner des nouvelles de nos familles, des petits messages de moins de 160 caractères mais qui font beaucoup de bien à lire.

Il semble que le problème d’émission et de réception d’emails ne vienne pas de notre téléphone mais d’Iridium lui-même qui est au courant, mais ils ne peuvent pas annoncer une date de remise en service pour le moment. Nous n’en savons pas plus…

7h30 – Nous mettons cap au 45° NE car le vent continue d’adonner te nous restons dans la zone des 1027 hPa. Sans fichier Gribs et sans autres infos météo, c’est amusant de naviguer au baromètre. Nous sommes dans des couloirs imaginaires de pressions atmosphérique et nous avançons en contrôlant le franchissement de chaque palier. Avec un anticyclone ce n’est pas bien compliqué car les vents sont réguliers et les couloirs assez larges. Dans le cas d’une dépression ce serait bien plus sportif car les couloirs sont bien plus resserrés et donc les vents sont plus forts (avec la mer qui va avec).

10h00 – Alléluia ! Notre connexion Iridium a été rétablie ; quatre jours passés sans pouvoir recevoir de mails, et donc sans les précieux fichiers Grib qui délivrent une météo détaillée… La communication ça a du bon tout de même, et c’est quand il n’y en a plus qu’on s’aperçoit combien cela nous manque.

12h00 – Il fait froid, en deux jours nous sommes passés de 26° à 21°.

15h30 – Nous croisons une bouée rouge en pleine mer, elle est fixe et semble être arrimée à quelque chose, oui mais à quoi ? Il y a 5000 mètres de fonds à cet endroit. Cette bouée est immatriculée « O 321047 ». Encore un mystère.

Par contre nous ne croisons aucun poisson. Les lignes n’ont eu aucune touche, nous n’avons pas vu un seul dauphin en sept jours, rien ! La mer semble désespérément vide.

19h00 – Nous avons eu nos amis les Cajou qui sont partis vers les Açores sur une route Est. Ils ont rencontré des conditions difficiles, jusqu’à 35nds avec une mer forte. Le moral n’a pas toujours été au plus haut. Maintenant ils font route directe au Nord pour éviter une grosse dépression et rejoindre au plus vite Flores. Par contre ils ont de la chance car ils rencontrent des baleines qui les accompagnent vers le Nord !

23h00 – Essentiel file dans la nuit noire. Ca fait sept jours depuis notre départ que nous naviguons sans lune. Drôle de sensation de se laisser glisser à 9nds dans les légers remous d’une mer plutôt calme, sans ne rien voir. Seules les étoiles nous accompagnent.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.