«

»

Samedi 25 mai 2013 – Transatlantique retour, jour 22

Position : 36°52N 08°02W

Nombre de milles parcourus depuis le départ : 3544

7h00 – Cette nuit ça a été la guerre ! Ca fait trois jours et trois nuit que ça tape dans tous les sens, mais là c’était la totale. Je crois qu’Essentiel n’a jamais été frappé par autant de vagues de côté, de dessous, et même de dessus. Jamais nous n’avons eu le sentiment d’être en insécurité, mais en inconfort, oui.

Ce matin le vent s’est calmé, il ne souffle plus qu’à 20nds (contre 34 hier). Il est aussi un peu orienté d’Ouest, nous sommes donc sur une allure légèrement portante qui est plus confortable. La houle fait bien encore 2m mais elle claque moins.

7h30 – Le 10e méridien a été franchi, nous avançons la montre du bord d’une heure. Pus qu’une heure nous sépare de la France !

8h30 – Vigilance, nous arrivons sur la zone de passage des cargos qui transitent sur l’axe Nord-Sud de la péninsule ibérique. Le temps est légèrement brumeux et la visibilité est réduite à huit milles nautiques, mais heureusement il fait beau.

13h10 – Je me repose dans la cabine en écoutant les commentaires et manœuvres de mes deux coéquipiers qui passent tout près derrière un cargo. Contrôle à l’AIS, modification de l’angle de route, réglage des écoutes, ils ont l’air sûrs d’eux. Soudain j’entends « Prends l’appareil, je vais les filmer sur le pont, regarde, ils nous saluent ! »… on est si près que ça ?!?

13h40 – Henri s’écrit « un sous-marin ! ». Je me précipite stupéfait sur tribord, c’est une bouée de pêcheur blanche qui flotte tranquillement. Je ne m’étais pas inquiété de l’acuité visuelle de mes vieux crabes jusque là…

14h50 – On aperçoit la côte portugaise ! Le cap San Vicente est à 9.2NM droit devant nous. C’est un grand moment d’apercevoir la côte après avoir parcouru près de 3500 milles nautiques.

16h20 – Les falaises défilent sous nos yeux, le phare de Cabo de San Vicente est de toute beauté, massif et blanc construit à flan de falaise, il s’impose face à cet océan qui parait le défier. C’est un spectacle pour nous qui ne voyons rien d’autre que de l’eau depuis notre départ de St Martin.

19h30 – Le vent est tombé, la mer est d’huile. Surprenant contraste avec les derniers jours. Nous entamons cette nouvelle nuit au moteur.

3 Commentaires

  1. TAOZ

    Wouah 3500 milles !! bravo d’autant que les conditions n’ont pas toujours été faciles. Bonne continuation « le long » des côtes, c’est presque du cabotage pour vous après une telle traversée,
    TAOZ

  2. COLIBRI

    Bravo à l’équipage, ça n’a pas du être facile. Philippe lui, est actuellement à 600 nautiques de Faial aux açores à bord d’un Amel 54. Il gite en permanence entre 20 et 30 °. Vive les cata.
    A bientôt
    Et bonne nav.
    Katty, Philippe et Jade

    1. Cap'tain

      Merci Katty pour ces encouragements !
      Si finalement ça a été plutôt facile, un peu long mais sans contrainte, dans le sens du vent !
      Bon courage à Philippe si tu l’as au tél
      Gros bisous à vous trois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>