Martinique, la côte au vent

La côte Est de la Martinique

De l’îlet Cabrits (extrémité Sud) en remontant jusqu’à la Pointe de la Caravelle (Nord-Ouest), la côte de la Martinique exposée au vent est unique. Certains guides la présente comme l’une des plus belles de toutes les Antilles.

Bien sûr, pour l’atteindre il faut affronter la houle de l’Atlantique et l’Alizé (souvent frais), bien repérer les passes et ne pas naviguer face au soleil afin d’observer les fonds. En réalité, lorsque le ciel est clair et par beau temps, cette navigation ne représente pas de réelle difficulté. C’est un réel plaisir de repérer les bancs de sables en naviguant à la couleur des fonds, ou repérer de loin les cayes qui soulèvent de légers moutons suspects. A l’abri des cayes du large, il y a même une certaine jouissance à naviguer sur un plan d’eau paisible alors que la houle de l’Atlantique est formée !

Certains, après être remontés par Saint Pierre, contournent la Martinique par la pointe Nord pour redescendre jusqu’à la presqu’île de la Caravelle. En venant de Sainte-Anne, nous avons choisi l’option Sud en passant au large de l’îlet Cabrits débordé au SO par un haut fond de 2m. Là on se retrouve directement face au vent et à la houle de l’Atlantique, il faut pousser au moteur pour remonter le plus possible avant de pouvoir faire du prés serré.

Cul-de-Sac des Anglais

Le premier mouillage abrité est le Cul-de-Sac des Anglais après le Pointe Baham. L’accès se fait entre l’îlet Toisroux et l’îlet Hardy. Attention en fcas de forte houle l’accès est très difficile.

Après être remontés jusqu’au cap Ferré, nous avons fait une route Nord pour rejoindre la passe du Vauclin. Là c’est une partie de plaisir pour qui aime naviguer à vue car à gauche les bancs de coraux soulèvent des vagues dans lesquels on a pas envie d’aller, et à droite on rentre dans des fonds abrités par des « Cayes » (larges bandes de coraux) qui cassent la houle, juste pour le plaisir d’une navigation au vent de l’alizé sans être secoués.

A l’entrée de la passe du Vauclin, deux bouées rouges tribord (ici nous sommes dans le système anglais donc les couleurs sont inversées) indiquent la route à suivre. La première bouée rouge indique le Sud des Cayes Paradis, la houle se calme. La deuxième bouée évite un pâté isolé, la Caye Coq. Dans le lagon, il faut repérer d’autres petits pâtés isolés, visibles au frémissements de l’eau à la surface et à la couleur par beau temps. Nous nous sommes rendus au village du Vauclin en contournant la bouée bâbord verte (merci les anglais) qui marque le récif Gaudin.

Le Vauclin

Le village du Vauclin ne présente pas d’intérêt particulier. C’est un village typique de la côte Est, avec un petit port de pèche, pas touristique mais bien entretenu, une longue avenue longe la côté, peu d’animation et pas de commerces. Il faut aller au Sud du village derrière la Pointe Faula près du club UCPA pour trouver un peu d’animation avec quelques petits restaurants (mais souvent fermés le soir) et surtout des fonds blancs magnifiques. L’ambiance y est très agréable.

Petite Grenade

Derrière la Pointe du Vauclin il y a la Petit Grenade, un mouillage accessible par une petite passe dans la barrière de corail que l’on distingue à vue (voir photo). A l’intérieur s’ouvre un plan d’eau calme et paisible, c’est un trou à cyclone parfait.

 

 

 

 

 

Îlet Thierry / Baignoire de Joséphine

Du Vauclin nous avons fait route vers l’îlet Thierry où se trouve la Baignoire de Joséphine. Un autre endroit à fonds blancs mais plus décevant car de nombreux hors-bords arrivent bruyamment et mouillent en nombre en plein milieu, sans compter les bateaux qui amènent en masse des touristes à la journée… Nous avons mouillé un peu à l’écart profitant de très beaux fonds tout au tour de l’îlet Thierry.

 

 

Havre du Robert / Loup Garou

Nous avons fait route un peu plus au Nord pour visiter le Havre du Robert ou se trouvent de nombreux mouillages très bien abrités. Au large de l’entrée du Havre du Robert se trouve un îlot de rêve : le Loup Garou. Supplantée de deux palmiers, cette petite langue de sable blanc est le cliché parfait de l’ile de rêve. L’îlot est souvent désert car très exposé à la houle et au vent. Il est cependant possible de mouiller l’ancre sous le vent de l’île et d’y accéder à la nage, mais l’accès est rouleur et les fonds sont constitués de petits cailloux.

 

 

 

Havre du Robert / Îlet Madame

Toute la partie Nord du Havre du Robert est magnifique, particulièrement le mouillage près de l’îlet Chancel. Mais nous avons particulièrement aimé le mouillage derrière l’îlet Madame où se trouvent une dizaines de bouées gratuites qui permettent de profiter de ce site protégé et géré par l’ ONF (Office National des Forêts) avec sa faune et sa flore magnifiques.  L’îlet Madame, investi par les locaux la journée, redevient paisible et sauvage le soir. La nuit est magique avec les bruits sortant de son épaisse végétation.

 

Village Le Robert

Le village Le Robert ne présente pas d’intérêt particulier, mais c’est le départ de belles promenades pédestres et maritimes.

 

 

 

 

 

 

Presqu’ile de la Caravelle / Baie du Trésor

Enfin nous sommes remontés plus au Nord pour rejoindre le site unique de la Baie du Trésor situé sur la presqu’île de la Caravelle. Ce site protégé est classé réserve naturelle et ne permet pas de rester au mouillage dans la baie la nuit. Mais en bon néophyte, nous avons omis de prendre connaissance de cette interdiction et c’est dans un mouillage parfaitement protégé et totalement magique que nous avons passé la nuit.

Quelques parcours de randonnées bien balisés à travers la réserve naturelle permettent de découvrir une très belle végétation et des paysages de la côte au vent magnifiques. On peut aussi visiter les ruine du château Dubuc le matin. Le grand parcours de randonnée fait le tour de la pointe en 3h30, passant par le phare (point de vue exceptionnel sur la baie), redescendant par la Pointe Caracoli, traversant les étangs et plongeant dans la mangrove. C’est d’ailleurs de la mangrove que nous avons commencé notre parcours, amarrant notre annexe au petit ponton en bois situé au fond à gauche de la baie.

Le retour vers le Sud s’est fait d’une traite, vent de travers en moins de quatre heures, protégés des Cayes par moment, longeant les coraux et la côte frappée par la houle… ce fut délice. L’arrivée en contournant la pointe des Salines est directe sur le mouillage de Sainte-Anne.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.