Remonter la côte Est des US avec le Gulf Stream ou par les Waterways ?

Pourquoi ne pas remonter l’ICW (Intra Costal Waterway) pour aller de Miami à New York ? C’est une question à envisager lorsque l’on remonte (ou redescend) la côte Est des États-Unis car la navigation côtière peut être sportive.

Au large il y a le Gulf Stream, ce courant équatorial suit la côte en remontant le détroit de Floride vers le Cap Hatteras. Sur cette partie, il est proche du littoral et reste relativement stable, la vitesse du courant est entre 3 et 5nds. Dans le sens de la remontée, il aide considérablement car ce tapis roulant fait gagner en vitesse, à condition de ne pas le prendre face à un vent du Nord car cette confrontation lève une mer hachée avec des creux qui peuvent être impressionnants.

Les Pilots Charts donnent des vents dominants de Sud en Juin/Juillet, tout va bien pour la remontée donc. Mais en Octobre, à la fin de la saison cyclonique, les Pilots Charts donnent des vents dominants de Nord. Tant mieux pour la redescente vers les chaleurs équatoriales, mais qu’en est-il de la confrontation des vents qui descendent et du Golf Stream qui remonte ? Surtout au passage des caps ! Nous vous dirons ça lorsque le moment sera venu pour nous de redescendre vers les Bahamas.

Il y a un certain nombre de caps sur la côte Est : Cap Canaveral, Cap Fear, Cap Lookout, mais les deux plus importants sont le cap Hatteras à l’extrémité Est, et au dessus de NY le Cap Cod qu’il faut franchir pour rejoindre Boston. La route à prendre doit être étudiée de près car si certaines côtes sont riches en ports et « inlets » (entrées), d’autres sont de longues côtes inhospitalières sans accès ni refuges.

La saison des cyclones atteint son pic à la mi-septembre. La règle de sécurité est la prudence et il faut suivre de près les prévisions météo de façon quotidienne. Officiellement la saison des cyclones se termine le 30 novembre, en pratique les navigateurs quittent le Maine, Cap Cod ou Newport fin septembre ou début octobre afin de passer la région du Chesapeake fin octobre pour tranquillement redescendre par l’ICW fin novembre avec des vents du Nord plus réguliers.

Pour notre part, nous ferons la majeur partie du voyage en Atlantique car l’ICW n’est pas accessible aux voiliers qui ont un tirant d’eau trop important (1,50m ça ne passe pas partout à marée basse !) et un tirant d’air supérieur à 65 pieds (19,8m). ESSENTIEL avec son mât de 18,50m, l’antenne VHF de 1m, et ses oeuvres vives, fait au total plus de 21m…

Tirant d’air >65pieds : un petit passage par l’ICW est possible de Fort Lauderdale à West Palm Beach

La seule portion qui nous a été possible de parcourir est un tronçon de 41 miles nautiques allant de Fort Lauderdale à West Palm Beach. Nous avons fait lever 21 ponts au total ! Voici la photo du chacun des ponts appelés « bascule bridges » :

Mouillages dans l’ICW à Miami, Fort Lauderdale, Boca Raton, West Palm Beach

Pour information, entre Miami et West Palm Beach, il est possible de mouiller l’ancre et de rester gratuitement à ces endroits :
– Miami : Marine Stadium (25°44.6N 80°10W)
– Miami : juste au sud de la marina Sunset Harbour (25°47.6N 80°08.8W)
– Fort Lauderdale : Lake Sylvia (26°06.3N 80°06.7W)
– Lake Boca Raton (26°20.7N 80°04.4W)
– West Palm Beach : au Sud du pont Flagler Memorial, en face de Palm Harbour Marina (26°43N 80°02.7W)
– West Palm Beach : dans Lake Worth, en face de l’école de voile, au sud des bouées privées (26°45N 80°02.8W)

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.