Carnet de Bord de Béa : Dernière semaine aux Antilles françaises

Nous approchons du départ pour le sud des Antilles, avec au programme quand même un petit stop (peut-être) aux Grenadines, et notamment aux Tobago Cays où nous n’étions pas restés suffisamment… et les piscines turquoises, ça me plait !

Nous n’avions pas prévu au départ de séjourner si longtemps en Martinique (presque un mois et demie) mais aucun regret car l’île a des ressources insoupçonnables…

Cette dernière semaine sur la côte Est nous a montré un aspect de l’île très différent de ce que nous avions vu auparavant : les paysages d’une beauté saisissante, des mouillages sauvages car très peu de navigateurs se risquent de ce côté et pour cause, elle au vent de l’alizé et elle reçoit la houle de l’Atlantique.

Un peu sportif, entre une mer bien formée et des récifs répartis un peu partout, ça n’a pas été de tout repos mais l’arrivée dans les fonds blancs spectaculaires était magique. Le mouillage sous le vent de l’ilet Madame était magnifique… Nous y avons retrouvé les équipages d’ EDULIS et de KAILA avec lesquels nous avons passé une super soirée improvisée autour de manchons de canard du Sud-Ouest, chacun ayant trouvé une conserve, étonnant sachant qu’aucun d’entre nous n’est de cette région.

La presqu’île de la Caravelle est une réserve naturelle. Une mention particulière pour le mouillage de la baie du Trésor, endroit quasi-désert et bien protégé. Le panorama exceptionnel nous a décidé dès le lendemain d’y faire une randonnée autour de la Pointe de la Caravelle. Trois heures de marche avec un départ dans la mangrove, des chemins dans la forêt, une visite au phare, et nous longeons le littoral battu par la houle et fouetté par le vent, ça vaut le détour ! De retour au bateau, nous prenons tous un petit bain de mer bien mérité dans les fonds bleus, avant la nav de retour pour Sainte Anne accompagnés dans une houle de deux mètres cinquante et d’un bon vent de travers… vogue ESSENTIEL !

Vous l’aurez compris, la côte au vent de la Martinique avec ses récifs, ses barrières de corail, la houle de l’Atlantique et ses nombreux mouillages protégés : la navigation quelque peu technique vaut vraiment le détour…

De retour à Sainte Anne où nous retrouvons les équipages de TIM’JAK et KERVAN à notre grande joie et bien sur à celle de nos moussaillons qui revoient leurs copines !

Les soirées « d’adieu » se renouvellent, il faut dire qu’avec KERVAN on a du se dire au revoir une demie douzaine de fois chaque fois persuadés et ce, depuis Dakar, que c’était bien la dernière ! Nous avons bien sûr retrouvé les bons petits accras aux crevettes de chez « La Mawtine » puis finis la soirée à danser, un groupe de reggae bien sympa animait le bar…

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.