Carnet de Bord de Béa : Boston et le Vermont

Boston nous voilà !
Après cette petite semaine à Newport que nous avons quitté à regret, nous voilà partis en nav directe pour Boston. Retrouver le plaisir de naviguer à la voile le long de cette côte atlantique me réjouit, le vent est avec nous et nous pousse à 8nds, le quart de nuit est tranquille l’air est frais et vivifiant. Pas question pourtant de relâcher mon attention car nous sommes cernés de casiers et il n’est pas facile de garder un cap lors de mon quart , il me faut littéralement zigzaguer avec Essentiel entre toutes ces bouées, et oui la nouvelle Angleterre est réputée pour ses homards et maintenant je comprends mieux pourquoi. J’espère que j’en profiterai !
On appelle très tôt pour réserver une bouée devant la marina en plein centre de Boston et c’est notre jour de chance (il faut dire que Loïg fait depuis peu la collection des trèfles à 4 feuilles et ça m’a l’air de payer) puisque nous nous voyons proposer une place au ponton au prix de la bouée ! La marina est très sympa et nous offre le luxe d’une vue magnifique sur les gratte ciels de la ville.
À peine amarrés nous laissons le bateau pour une petite ballade sous un soleil radieux au coeur de la ville. La luminosité est extraordinaire et l’air vivifiant, la ville me rappelle beaucoup Londres ce qui et de bon augure comme le savent ceux qui me connaissent… Une atmosphère de « vieille Angleterre » où se mélangent yuppies, étudiants et troubadours.
Le quartier de Beacon Hill est un dédale de petites rues bordées de maisons en brique rouge style victorien, de petits cafés, restaurants, librairies de quartier, galeries d’art et boutiques de toutes sortes, je me sens chez moi ! Nous suivons la « Liberty trail » sorte de fil rouge en brique sur les trottoirs de la ville qui, si vous le suivez, vous fait passer par tous les sites historiques de la ville. Loïg est en tête et s’amuse à nous ouvrir la voie.
Petite pause pour notre rituelle « Clam chouder » (soupe de clams à la crème) dans le Quincy Market , halles couvertes et nous retrouvons le soir Essentiel. Les couettes sont ressorties car ici on est loin du climat tropical auquel on était habitué aux Antilles.
Nos amis les « Gadjio Dilo », Isa et Filou nous rejoignent le lendemain et comme nous, se voient offrir le ponton au prix de la bouée !
Nous empruntons le BBQ de la marina pour y faire griller les homards achetés à un prix défiant toute concurrence et pourvus de nos polaires et parkas passons une super petite soirée avec vue sur les gratte-ciels illuminés .
Profitant de ce qu’Essentiel est bien amarré nous louons une voiture le lendemain pour aller découvrir le Vermont qui n’est qu’à trois heures de route de Boston.
Petite séquence nostalgie pour Christophe qui nous emmène visiter le camp de vacances où il avait passé un mois quand il avait 17 ans, le site est superbe, dans les bois au bord d’un lac, les garçons harcèlent de questions, on retrouve même la cabane où il dormait avec son groupe ! Que c’est bon de retrouver la montagne et ses forêts, les odeurs de résineux, les couleurs sont magnifiques… Notre B&B est très cosy en pleine nature, l’accueil très chaleureux et surtout notre chambre est dotée d’une belle baignoire où nous plongeons le soir à tour de rôle dans une eau bien chaude.
Nous nous retrouvons tous les deux (les garçons ont droit à vidéo-pizza à l’hôtel) le soir dans un pub couleur très locale tout en bois, on croirait que toute la population de Killington s’est réunie ici. Bonne musique et petite bière pour nous réchauffer , »damned ! »,quel parcours depuis les îles vierges, on n’en revient pas !
Ici c’est paisible, loin des tumultes de la ville, on y est bien.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.