Carlisle Bay (Bridgetown, La Barbade)

Les deux seuls mouillages autorisés à la Barbade sont la capitale Bridgetown et la ville de St Charles plus au Nord.

A Bridgetown il est possible de mouiller dans Carlisle Bay en face de la longue plage de sable blanc. C’est un lieu réputé avec de nombreuses boites de nuit aux décibels détonantes. L’eau est très belle et la baie bien abritée des vents. Mais le mouillage est rouleur avec une houle régulière de SW, les monocoques mouillent une deuxième ancre par l’arrière afin de rester un axe perpendiculaire à la houle.

Les formalités de clearance doivent être effectuées dès l’arrivée après avoir envoyé le pavillon Q (la Barbade est une île de culture anglaise et les anglais sont très à cheval sur les us et coutumes). Le bureau des douanes se trouve au port commercial de Bridgetown Harbour, on peut s’y rendre en bateau ou en annexe mais c’est à un peu plus de 2 milles tout de même du mouillage… il vaut mieux ne pas avoir un hors-bord de 2,5cv ! Pour se mettre à quai contacter « port control » sur le canal 16. Ils vous trouveront une place entre deux gigantesques yachts de milliardaires exubérants. A Bridgetown Harbour vous passerez par le bureau « Customs », puis par le bureau « Police », puis par le bureau « Health », et enfin par le bureau de « Immigration ». Vous remplirez quatre fois la fiche de liste des passagers dans chacun des bureaux hyper climatisés. On ne paye rien à l’arrivée, mais 50$US (100$BD) vous seront demandés à la sortie. Si vous souhaitez changer de mouillage et monter à St Charles, il faut alors se déclarer à nouveau aux autorités, mais attention, la sortie se fera où vous avez fait l’entrée.

A Carlisle Bay, sur la carte il y a trois zones de mouillage. Au Nord de la baie il y a la zone des gros cargos qui sont là en attente. Au Sud il y a la partie Yacht Club où le mouillage se fait sur bouée. Au centre à droite de l’unique ponton, en face des boites de nuit, il y a le mouillage le plus prisé car en face de la plage (mais très bruyant la nuit). Le ponton est un accès privé et payant, le patron (une version de Bruce Willis en plus rustique) exige la modique somme de 10$US (20$BD) pour y amarrer l’annexe. Cette taxe vous sera restituée su vous dînez chez lui. L’accès au ponton est plutôt sportif : avec la houle il faut enjamber plus d’un mètre de hauteur, sans échelle…

Le seul ponton d'accès à la plage

En pratique, bien que de culture anglo-saxonne, le mouillage et la cohabitation avec les autres bateaux/scooters/nageurs/vedettes/etc… se fait de manière assez permissive. On peut ainsi mouiller en face du Yacht Club sans prendre de bouée, on peut mouiller à moins de 100m de la plage sans effrayer personne, on peut même mouiller dans la zone « interdite au mouillage », un triangle où passe un pipeline (c’est là que nous avons mouillé). Par contre il faut lever la tête en nageant car les scooters passent vite et très près de la plage, le tout sous le nez de la vedette des coast guards qui circule elle aussi à moins de 100m du bord de l’eau…

Pendant longtemps la Barbade était le lieu d’atterrissage des voiliers qui traversaient l’Atlantique. Mais pour quelques heures de navigation supplémentaires, on trouve en Martinique, en Guadeloupe ou à Antigua des infrastructures techniques qui n’existent par à la Barbade. Effectivement, une fois au mouillage de Carlisle Bay, il est impossible de trouver de l’eau ! Il faut se rendre dans le petit port « Careenage » et négocier avec un pécheur local la possibilité de se raccorder à son robinet. Pour le gazole il faut se rendre au port de pèche « Fishing Harbourg » à l’accès délicat vu le vieux ponton en bois et l’accès réduit et encombré. Il n’y a pas de marina donc pas d’électricité…

Quant à la possibilité d’éviter le grigou de Bruce Willis, il n’y a pas d’autre ponton, même pas en face du Yacht Club ! D’ailleurs le Yacht Club est en fait un Club sélect dans un décor de demeure coloniale où les bien blancs de peau jouent au tennis, boivent le thé et se baignent dans un secteur de Carlisle Bay bien délimité. A part quelque petits dériveurs, pas de yacht.

On peut tenter d’atterrir avec l’annexe sur la plage de sable blanc en choisissant avec précaution le coin où les rouleaux claquent le moins. Pas de souci pour les nageurs, ils sont habitués aux moteurs qui leur rasent les fesses.

Enfin pour internet, il existe une carte « Lime » qui permet de se connecter au wifi sur Bridgetown pour 20$BD la semaine. Au mouillage c’est au Sud que ça passe le mieux car les antennes se trouvent sur l’hôtel à côté du Yacht Club.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.